yellow-926728_1920

Chaque année, c’est pareil. Soudainement, vous vous décidez d’aller à la gym trois fois par semaine. Vous allez manger que du bio, et plus jamais prendre la voiture pour aller chez le boulanger. Et vous allez devenir bilingue en anglais.

Et comme toujours, ça tombe à l’eau. Pourquoi ? Et comment faire pour changer ce mauvais chemin ? Voici trois conseils, basé sur mon expérience de coach linguistique.

Dans ce qui suit, je vais prendre comme exemple l’anglais, mais ça pourrait tout à fait être le russe, l’espagnol, le turc, le ourdou…

Première question à vous poser : Est-ce que vous voulez vraiment améliorer votre anglais ? Ça peut sembler étrange comme question, mais il faut se la poser avant tout. Beaucoup de fois on n’arrive pas à réaliser nos bonnes résolutions, parce qu’on n’a pas vraiment envie de le faire. C’est plus comme une obligation socio-culturelle.

Il y a de choses qui sont « bien à faire ». Apprendre l’anglais rentre tout à fait dans ce critère. Autour de nous, à l’école, dans les médias et au travail, ils le disent tous. Mais est-ce que vous voulez vraiment l’apprendre, et pour quoi faire ? Il y a une différence entre « Je voudrais apprendre l’anglais » et « Je veux apprendre l’anglais ». Si vous êtes dans la phase de « je veux » et « je vais », voici comment vous pouvez procéder.

calendar-1085557

Commencez tout de suite

N’attendez pas « le bon moment » pour vous lancer dans votre apprentissage. Oui, vous avez beaucoup de travail au début de l’année. Puis, il y a des vacances d’hiver, puis il y a la fatigue de fin d’hiver, les réparations de la maison, etc…

Les raisons pour lesquelles ce n’est pas le bon moment, on les trouve toujours. Mais il faut mieux ne pas écouter cette voix qui nous dit que ce n’est pas le bon moment, il faut commencer tout de suite. Parce que si vous ne pouvez pas trouver du temps pour le faire maintenant, vous ne trouverez pas le temps plus tard non plus. Le jour n’aura pas plus d’heures en février. Et vos priorités ne vont pas changer juste comme ça du jour à lendemain.

C’est vous qui faites vos priorités. Ça peut vous sembler rude et franc. Mais si vous avez franchi le pas de « Je veux apprendre l’anglais » ou bien une autre langue, il vous reste à mettre en place des possibilités pour réussir. Et pour cela, il faut mettre votre résolution en priorité. Sans cela, ce n’est pas possible.

Vous êtes responsable pour votre propre apprentissage. Vous êtes capable de réussir, mais ça demande bien sûr du travail et que, peut-être, vous mettiez quelques chose de côté pour quelques mois.

Comment mettre cela en place : Commencez aujourd’hui.

clock-650753_1920Souvent, mais en petite quantité

Comme toujours quand nous commençons de nouvelles habitudes, il faut commencer doucement, mais souvent. Je vous propose d’imaginer deux scenarios :

Scenario 1 : Vous dites que vous travaillerez l’anglais jusqu’à l’épuisement. Par exemple, apprendre les verbes irréguliers par cœur. Le premier jour vous arrivez à faire 2h. Vous êtes content de vous-même. En fait, c’est facile ! Deuxième jour vous vous poussez à faire 1h30.

Après il y a quelqu’un qui vous appelle sur le portable. Il faut chercher les enfants à l’école. Il y a une urgence au travail. Le lendemain il y a une amie qui vient pour rester le week-end. Quand il y a des invités, c’est rude de prendre 2h pour travailler l’anglais ! Donc le week-end passe, la semaine suivante commence, et vous avez réussi à faire une journée et demi d’anglais.

Vous vous sentez mal de ne pas avoir trouvé plus de temps pour votre nouvelle résolution.Vous commencez votre deuxième semaine d’apprentissage avec le sentiment d’échec, d’obligation et de stress pour réussir, en se forçant à travailler « ces foutus verbes irréguliers », en se demandant si vos prochaines vacances ne peuvent pas se passer au Québec, où tout le monde parle français dans tous les cas.

Scenario 2 : Vous commencez par 15 min par jour, 5 jours par semaine. Mais sans exception et sans interruption. 15 min, on les trouve. Votre belle-mère vous appelle ? Vous la rappeler dans 15 min ! Les invités ? Ils vont comprendre que vous preniez un quart-heure pour vous. Et pareil pour tous les « obligations quotidiennes». Il y a pas grand-chose de si important qui ne peut attendre un quart d’heure !

Comment mettre cela en place : Vous trouvez un moment dans la journée, de préférence la même heure tous les jours. Peut-être un moment tôt le matin, ou l’après-midi quand c’est calme à la maison. Si vous êtes au travail la journée, vous pouvez essayer de faire vos 15 minutes pendant la pause-déjeuner.

Regardez quand c’est le meilleur moment pour vous. On ne répond pas au téléphone, on ne se laisse pas interrompre par son entourage. C’est un moment pour vous et votre apprentissage. Vous faites 15 min et vous avez encore le temps de faire plus ? Très bien, mais vous n’êtes pas obligé. C’est parce que vous avez envie. Vous n’avez pas le temps de faire plus aujourd’hui ? Ce n’est pas grave. Vous avez quand même atteint votre objectif de la journée.

Il y a une grande chance que vous serez content de recommencer le lendemain, en sachant que dans tous les cas ce n’est pas insurmontable comme tâche. Votre apprentissage devient un plaisir, vous vous sentez bien avec vous-même et le progrès vient avec le temps ! Vous avez réussi à tenir 15 min par jour pendant 1 semaine ? Tester 20 min la deuxième semaine. Si vous n’arrivez pas à le tenir, descendez à 15 min la semaine suivante.

Vous pouvez aussi vous fixer un rythme hebdomadaire pour plus de souplesse.
Par exemple 2 heures par semaine, repartie (ou pas !) sur plusieurs jours. Cela permet de s’adapter facilement à un emploi du temps chaotique, tout en tenant un rythme régulier, et toujours avec un sentiment de succès !

Donnez-vous des objectifs

photos-1150076_1920

Abraham Lincoln disait : « Un objectif correctement défini est à moitié atteint ». Pourquoi on ne l’utilise pas dans l’apprentissage de langues ?

Sans savoir où vous allez, comment pouvez-vous atteindre votre but ?
Contrairement aux cours « classiques » de langues, le coaching linguistique est basé sur les objectifs de « savoir-faire ».

Un bon objectif est :
• Limité dans le temps. Je conseille 1 à 3 mois.
• Concret et réalisable
• Qui vous donne du plaisir

Comment mettre cela en place : Commencez par vous poser la question : « Combien de temps par semaine est-ce que vous pouvez consacrer à votre apprentissage ? » Le temps consacré va vous aider à définir des objectifs concrets et réalisables.

Sur un papier, écrivez l’objectif sur 3 mois. Par exemple : “Dans 3 mois, je voudrais pouvoir avoir une conversation courante en anglais qui dure 20 min“. Sur le même papier, mettez des actions concrètes que vous pouvez faire tous les jours. 3-5 actions est raisonnable.

Par exemple : Pour arriver à cela, je vais :
– Travailler du vocabulaire 15 min par jour
– Participer à une rencontre/café des langues/trouver un tandem. 1h/semaine
– Regarder une série en anglais, avec ou sans sous-titres en anglais, qui dure 20-30 min. 1 fois/semaine
– Lire un article ou un post de blog par semaine en anglais, sur un thème qui m’intéresse.

Faites des objectif concrets et réalisables. Essayer de ne pas trop vous charger. Si vous avez un emploi du temps qui ne vous permet pas plus que 15 min d’anglais par jour, vos actions ne doivent pas prendre plus de 15 minutes. Par contre, il faut réussir à tenir le rythme sur les trois mois.
Après les trois mois, c’est le moment de tester ce que vous avez appris !

L’objectif dans notre exemple, c’était de parler 20 min en anglais avec une personne, tenir une conversation courante. Pour cela, contactez une association ou assistez à une rencontre anglophone, et essayez de tenir les 20 minutes.

Après cela, vous remettez un nouvel objectif. Ça peut être de tenir une conversation en anglais 30 minutes. Mais ça peut aussi être complément autre chose, par exemple de regarder une série sans sous-titres. Ou partir seul(e) à Londres pour un week-end et se débrouiller en anglais.

A vous de vous lancer ! Bonne chance !

Daria de Toulingua